Ce matin de février deux milles sept, je ne me sens pas très bien. Je rentre dans ma quarante et unième année et je m'essouffle. Je t'ai raconté en avant propos que j'étais juste parfait, mais tu auras vite compris que ce que je raconte ici, n'est pas toujours la réalité. 

 Ma trentaine m'a tué. 

C'est pendant ce début de décennie que ma vie a complètement changé. Je me suis fait licencié du foyer familial. Je ne faisais plus l'affaire. Ça arrive. Mais, là, pas de préavis ni rien: dégage, je ne t'aime plus. Bon. Admettons. Comment peut-on arrêter de m'aimer? Moi qui suis juste irréprochable sur tous les sujets? Tant pis. C'est pas grave. Une de perdue, une de perdue. 

 Oui, ce matin je suis chonchon et gros. Quatre vingt quinze kilos qui se voient et plus de caisse  pour deux ronds. Je ne parle pas de voiture là? Je parle de ma forme ex-olympique. Une voiture, j'en ai une belle et une bien grosse. Je parle de voiture là. 

 Monter les escaliers? Oublie.  
Marcher des bornes? Oublie. 
Par contre bouffer comme quatre et boire des canons: Là y'a du monde. 

 Tu veux connaître ma journée type de ces dernier temps? 

Je me lève, je te bouscule, tu ne te réveilles pas. Enfin. Tu connais la chanson. 
Je vais faire caca. Ah non. J'oubliais. Je suis comme les filles. Parfait. Donc je ne fais pas ça). 
Je vais à la salle de bain. Oui oui. Comme les filles aussi, mais pas si longtemps. 
Je me regarde dans le miroir. Je voulais dire glace, mais j'écris une nouvelle alors je choisi des mots jolis. 
J'me passe la main dans ma soyeuse chevelure. 
Je me souris avec mes dents blanches et parfaites. 
J'me kiffe. 

Mais tout ça on s'en fout un peu non? 

 Ma journée type, c'est lit, ascenseur, voiture, bureau, voiture, ascenseur, lit. 
Y'a rien qui te choque là ? 

 Bien sur. Tu as le droit de penser que, vu ma situation professionnelle, je n'ai le temps de rien. Mais tu te trompes. Je suis tellement bien organisé, ou pas si indispensable que ça au final, que j'ai du temps libre. Et j'en fait quoi de ce temps libre? 

Rien. 

Ah si.  
Canapé, copains, bouffe entre potes et tout ce qui va avec. 
J'en suis à me demander si j'ai encore bien l'utilité de tout ce qui se situe en dessous de mon kiki. Lui va bien. Merci. Mais c'est vrai qu'il a tendance à disparaître de ma vue petit à petit. Et c'est bien là le problème. J'ai bien essayé de courir un temps. A part le fait de voir passer quelques jolies fessiers bien trop rapide pour moi, je ne prenais pas beaucoup de plaisir. 

Mon moteur à moi, c'est le plaisir. 

J'ai vite arrêté. Pas le plaisir, la course. Pourtant, ça fait bien, dans une conversation de cadre sup de dire qu'on court pour s'entretenir. Enfin. De toute façon, ça se voit trop que je ne m'entretiens guère et je ne suis même pas certain ni d'avoir de la conversation, ni d'être cadre sup. 

 J'ai bien une idée qui me trotte dans la tête pour tenter quelque chose de nouveau et qui allierait mon petit coté écolo naissant et une solution pour me retrouver un peu. Ah oui. Je ne t'ai pas encore parlé du petit côté écolo naissant. T'inquiète pas trop. Si je tiens la distance à l'écriture de cette nouvelle, je ne manquerais pas de te saouler avec ça. 

Il faut que j'arrive à trouver quelque chose qui me permettrait de retrouver la forme, sans trop empiéter sur mon temps libre. Les potes et l'alcool, c'est sacré. Que j'en tire sinon du plaisir, au moins une certaine satisfaction. 

 Voilà. J'ai l'idée du siècle. ET SI J'ALLAIS AU TAF À VÉLO??? 

 Et voilà. L'idée est lancée.  
Vais-je vraiment le faire? 
Je ne sais pas. Il faut réfléchir, s'organiser.  

Mais comment on fait pour aller bosser sans prendre le périphérique? 
C'est possible? 
C'est loin quand même? 
Le compteur de la voiture indique dix sept kilomètres juste pour l'aller. 
Pfiou. 
Rien que d'en parler, ça m'épuise. Il faut que je prenne un remontant. 
Apéro alors. 
Oulà. Attends. Je relis le début de mon texte. Ça commence par... "ce matin". On va peut être attendre un peu pour l'apéro. Je vais déjà aller au bureau en voiture. On verra pour le reste ce soir. 

 

la page d'avant Page 3  Page d'après